Vivez-vous une histolyse ?

«Ce que la chenille appelle la fin du monde, le sage l’appelle papillon». 

J’ai découvert cette citation de Richard Bach récemment. J’avoue ne jamais m’être posé la question avant : comment se vie en dedans une aussi radicale transformation ?

La biologie appelle ce moment une histolyse. Quand la chenille s’enferme en son cocon, s’opère une destruction de tout son tissu cellulaire. Ne reste d’elle qu’un bouillon organique. La chenille ne se modifie pas en papillon. La chenille se détruit complètement pour devenir papillon.

Que signifie la métamorphose ?

C’est une période sans repère, de chaos, mais source de nouvelles possibilités. Et pourtant, cela peut être très mal vécu. Il est difficile de se débarrasser de ses anciens repères, et d’avancer confiant la nuit. Si le corps a mal, c’est un handicap de plus.

D’autres horizons.

J’en étais là de mes réflexions, quand un ami me dit :

«À force de monter les marches, on arrive à d’autres paliers.»

Une image qui fait sourire et encourage à la persévérance. Car oui il existe des outils et différentes formes de soutien. Mettre en place une nouvelle vie est possible. Se délester de ce qui encombre, pour avancer plus léger vers une vie plus en adéquation avec son propre soi.

Benoît

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.